AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
~ Neko Academy ♫
~ Bienvenue sur Neko Academy !
Incarne le personnage de ton choix et intègre l'un des trois clubs proposés !
Ne perds pas une seconde, inscris-toi :)



 

Partagez | 
 

 ~ Ushiromiya Ryūji ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♫ Miharu Kumiko
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
avatar

Féminin Verseau Chien
Nombre de messages : 771
Age : 22
Autre Compte : Walker Allen, Rose Annabeth, Eiko Nezumi & Takamatsu Len
Classe/Profession : 1ère Année, Universitaire
Amour : 仁 ♥
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Equitation
Instrument & Sport favori: Violon & Equitation

MessageSujet: ~ Ushiromiya Ryūji ~   Lun 9 Juil - 0:53

Libre


Ushiromiya Ryūji

Nom complet : Ushiromiya Ryūji Nathanael Chigiru
Age : 19 ans
Année Scolaire : 3ème Année
Niveau : Lycée
Club : Musique (Guitare – Piano – au choix sauf chant)
Option : Judo


Description Physique :

/Feat Battler Ushiromiya from Umineko no Naku Koro ni (à titre indicatif uniquement, tout changement reste possible) /

Me décrire physiquement ? Bah… On va pas se le cacher, j’suis un beau gosse, je suis bien foutu, j’ai ce qu’il faut où il faut, j’ai la classe quoi. Hein qu’est ce que tu me demandes ? D’arrêter de dire des conneries, de me venter et d’être réaliste ? Ouaiiiis, mais si t’as pas de sens de l’humour aussi, ça va clairement pas le faire. Bon. Je recommence, c’est ça ?

Globalement d’abord, je pense être un homme de carrure, hum… classique ? Un bon mètre quatre-vingt-quatre pour une soixantaine de kilos, je trouve ça plutôt honorable personnellement. Pratiquant pas mal de sport même en dehors des cours, je suis assez musclé mais bon, je suis loin d’être une armoire à glace, il ne faut pas pousser non plus.

La première chose que l’on remarque chez moi je pense, ce doit être ma chevelure. Une tignasse rouge écarlate peignée en vrac, on admettra que ce n’est pas des plus communs, enfin ça reste un style, mon style, le style "J’ai la flemme de me coiffer et ça le fait". Ça ne plait pas toujours, mais bon, moi j’aime ça, et c’est le principal.

Si vous voulez des détails sur mon visage, sachez que j’ai de grands yeux "bleu de France" comme disait toujours ma mère. J’aurais préféré qu’ils soient plus simples, tirant sur le brun ou le noisette, comme ceux de mon père mais bon, on ne choisit pas, quoique… Oui j’avoue, il m’arrive quelques fois de tricher à ce sujet et de porter des lentilles de couleur, mais ça reste assez rare.

Sinon, il n’y a pas grand-chose à ajouter, hormis peut-être ce sourire ravageur qui est le mien, sourire auquel aucune fille ne résiste. Aie ! Pourquoi tu m’as giflé ? Pfff on peut vraiment pas plaisanter avec toi. De toute façon c’est totalement faux, la moindre fille qui glisse un regard dans ma direction, Frederika lui arrache les yeux. Autant dire que niveau charme, je repasserais.

Je pense que globalement j’ai tout dit, pas de raison de s’attarder davantage sur le reste de ma physionomie, il n’y a rien d’intéressant. Ah si, j’oubliais un détail qui ne semble pas en être un la première fois qu’on le découvre. Deux jolies balafres ornent respectivement le bas de mon dos et un peu plus bas. Leur obtention n’est pas des plus glorieuses. Randonnée dans les montagnes, dérapage sur un sol instable, chute de plusieurs mètres, mon corps n’a pas spécialement apprécié le voyage. Enfin bref.

Pour terminer, je peux sûrement vous parler de mon style vestimentaire. Déjà à l’école, l’uniforme est obligatoire, on ne va pas épiloguer. Mais en dehors des cours, j’aime m’habiller de façon plus décontractée : jean, T-shirt ou pull la plupart du temps, je privilégie le rouge, le bordeaux et les couleurs sombres. Enfin, il m’arrive parfois de devoir me vêtir de manière plus chic, cas dans lesquels je privilégie une chemise carmin associée à un costume couleur crème orné de l’aigle à une aile, symbole de la famille Ushiromiya.


Description Morale :

Le caractère ? Caractère… Caractère… Heu caractère d’imprimerie ? Ouais nan ça veut rien dire. Une caractéristique physique peut-être ? Nan, y’a une partie exprès pour ça. Caractère… Attends… Ma psychologie tu veux dire ? MAIS FALLAIT LE DIRE DE SUITE ! Nan mais franchement, caractère, quel mot à la con...

Bon bref, donc qui suis-je psychologiquement parlant ? Pas facile de me définir personnellement, don je vais tenter de répéter ce que l’on dit de moi. Je suis quelqu’un de très calme, très posé, parfois trop, à tel point que l’on me croit ailleurs alors que je suis plus qu’attentif à ce qui m’entoure. Non, je ne suis pas si distrait que ça tout de même.

On dit aussi que j’attire pas mal la sympathie et je pense que ceux qui disent ça n’ont pas tort, car il est vrai que les gens ont une certaine tendance à venir spontanément vers moi, lorsqu’ils ont besoin d’aide, d’un renseignement, ou tout simplement de parler. C’est vrai, j’ai tendance à être souvent entouré, enfin, quand Frederika n’est pas dans le coin. Cette fille émet une de ces auras de possessivité, c’est incroyable, personne n’ose m’approcher lorsqu’elle est avec moi, c’en est presque exaspérant.

J’ai aussi entendu dire que je ne m’énervais jamais, ce qui n’est pas totalement faux, mais pas totalement juste non plus. Disons que c’est loin d’être visible pour quelqu’un qui ne prend pas garde aux détails. Lorsque je me fâche contre quelqu’un, mon sourire gentillet se fait sarcastique, comme mes remarques, toujours à attaquer le point faible par des mots, non des coups. Je pense que le fait de crier, comme celui d’être violent, ne mène à rien, et jamais vous ne me verrez lever la main sur quelqu’un. Toutefois je sais me défendre et gare à celui qui menace moi ou un être cher, car il risquerait de se retrouver face contre terre sans comprendre.

Que pourrais-je ajouter ? Hum, je suis de ceux qui ne pleurent pas en public pour ne pas révéler mes faiblesses. Et puis un homme qui pleure, c’est un coup à perdre toute crédibilité. Cependant je ne pas supporter de voir quelqu’un pleurer, tout de suite je m’inquiète et cherche à soulager la peine de cette personne. Oui, je pense être quelqu’un de naturellement protecteur, et d’attentionné envers les personnes que j’aime. En revanche je ne perds pas de temps à mépriser ceux qui médisent de moi, je me contente de les ignorer, pourquoi les laisser m’atteindre ?

Voilà, j’espère que cela vous aura permis de mieux comprendre qui je suis et comment je me comporte. Au pire, si vous voulez plus de détails, vous pouvez toujours demander à ma coloc, je pense qu’elle m’a mieux cerné que la plupart des gens que je connais, et sera à même de vous répondre.


Histoire :

Ah ah t’en as de bonne toi ! J’me suis trompé, t’es un petit rigolo ! Genre tu veux connaître mon histoire ? Sérieusement, tu taffes pour le FBI ou t’as juste pas de vie pour vouloir que je te raconte la mienne ? Enfin, si y’a que ça pour te faire plaisir… Par contre, ne m’en veux mais je vais essayer de résumer au maximum, pas que ça ne te regarde pas, mais presque.

Alors, par quoi commencer ? Hum, je suis le fils d’Atsuhito et de Nozomi Ushiromiya. La famile Ushiromiya est pas mal connue au Japon pour ses industries de textile, empire industriel bâti par mon grand père, Chigiru Ushiromiya. Oui, si vous avez fait un peu attention, je porte le prénom de mon aieul, et il y a une excellente raison à ça. Il s’agit en effet d’une sorte de tradition dans la famille de ma mère. Les prénoms des enfants sont choisis ainsi : le premier est donné par le parent du même sexe, le second par le parent de sexe opposé et le dernier est hérité d’un des grand-parents.

Enfin, vu mes origines, tu te doutes que ma famille est plus qu’aisée, et ce même si pendant un temps, Grand-Père voulait destituer Atsuhito parce qu’il n’avait pas épousé une femme issue de la même classe sociale. Car oui, ma mère n’est pas héritière d’un quelconque empire industriel ou d’une quelconque dynastie. Elle est simplement issue d’une troupe de théâtre itinérante, loin d’être aussi glorieux. Mais mon père est tombé sous son charme et a uni sa vie à la sienne pour le pire et le meilleur.

Et c’est le meilleur qui est arrivé, puisque je suis né ! Okay, okay, j’arrête-que si j’ai envie-. Enfant unique jusqu’à mes sept ans, années durant lesquelles j’ai reçu toute l’attention de mes parents, ainsi qu’une éducation exemplaire. Après tout, je suis destiné à reprendre les rênes de la famille à la mort de mon père, autant ne pas être un ignare.

Jusqu’à mes sept ans disais-je, car ma mère retomba enceinte. Loin d’être jaloux, j’étais plutôt curieux de savoir le sexe du futur enfant. Si c’était un garçon, je pourrais jouer avec lui, faire du sport, et lui apprendre à être un homme. Si en revanche il s’agissait d’une fille, je serais son protecteur, son confident peut-être, même si la taquiner serait un plaisir. Dans les deux cas, je serais un grand frère heureux.

Et ce fut d’une petite sœur que mes parents me firent don, une petite fillette aux cheveux carmin, à peine plus foncés que les miens. Ils la baptisèrent Ange, et oui, c’en était un : le mien. Je me souviens de la première fois où j’ai pu la prendre dans mes bras. Elle était si mignonne, si attendrissante. Je l’adorais, et passait beaucoup de temps à m’occuper d’elle, au grand bonheur de nos parents qui craignaient un peu que l’idée de faire partie d’une fratrie ne me rebute.

Nous formions une jolie petite famille, unie et heureuse. Jusqu’au jour où Nozomi mourut. Difficile de vous décrire la peine qui nous submergea lorsqu’elle disparut, emportée par la maladie qui drainait sa vie depuis des années. J’avais onze ans, Ange, elle, approchait de sa cinquième année et ne comprenait pas exactement ce qui se passait. C’est pourquoi elle eut bien plus de mal que moi à anticiper la suite des évènements.

Après quelques mois de deuil, notre père rentra à la maison accompagné d’une femme très excentrique et maniéré, Kagome Sumareda, qu’il nous présenta comme étant une bonne amie qui l’aidait à moins pleurer la mort de Maman, mais je devinais que c’était plus que ça. Et mon intuition s’avéra juste, puisque la dénommé Kagome finit par s’installer de façon durable à la maison, et en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, elle attendit un enfant de Atsuhito. Les deux adultes se marièrent quand ils découvrirent l’heureuse nouvelle. Ange ne comprit pas bien, mais était heureuse de porter une belle robe pour l’évènement, quant à moi je serrais dents et poings en assistant à la cérémonie.

A la mi-novembre, ma belle-mère donna naissance à une petite brune qu’elle nomma Himeka. Tout comme sa demie-sœur, celle-ci avait un charmant petit minois et rien qu’à la voir, on avait envie de la protéger. Kagome était tellement heureuse d’avoir sa propre enfant, et non plus ceux d’une autre femme qu’elle étouffait sa petite princesse de cadeaux, en oubliant ses ainés. Seulement voilà, la petite avait quelques petites déficiences mentales. Rien de bien grave en soit mais elle n’était pas la perfection que sa mère aurait voulue, et cet "échec ", elle nous le reprocha à nous, les enfants de Nozomi.

Oh oui, Kagome nous rendait la vie dure, criant à la moindre faute, menaçant de frapper même. Bien sûr, je ne me laissais pas faire, et souvent, je m’enfermais à double tour dans ma chambre pour échapper à ses crises. En grand frère protecteur, j’emportais généralement Ange avec moi, même si c’était souvent difficile, car ma sœur adorait prendre soin de la dernière née, même si cela signifiait défier l’autorité de notre belle-mère. A l’abri de mes quatre murs, j’essayais d’oublier mon aversion envers la mère d’Himeka en jouant de la musique, ce qui semblait toujours détendre Ange, même lorsqu’elle était frustrée de ne pouvoir jouer avec la plus jeune.

Mais ce train de vie ne dura pas pour moi, tout mon monde se transforma en quelques semaines sans que je ne puisse comprendre ou réagir. En effet, Kagome avait convaincu mon paternel de l’utilité de me trouver d’ores et déjà une compagne et surtout de nous laisser vivre ensemble. En réalité une bonne excuse pour me forcer à quitter le domicile en compagnie de Frederika Kurashima, une jeune héritière blonde avec qui je suis sensé faire ma vie. Soit, elle n’est pas laide, franchement, physiquement, je n’ai pas à me plaindre, mais en revanche, au niveau de la mentalité, aie aie aie… Cette fille est jalouse, possessive et égocentrique, c’est difficile à supporter mais bon, je suis forcé de faire avec... Bien sûr, quand on se retrouve seuls, elle est plutôt gentille et aimable, mais dès que quelqu’un d’autre arrivait, là, elle changeait du tout au tout.

Treize ans seulement et déjà indépendant, ou presque, puisque nous vivions entourés de domestiques. Loin d’être commun hein ? Pourtant, si l’on oublie cela, j’ai eu une adolescence plutôt classique, allant à l’école, sortant avec des amis, vivant ma vie quoi. Souvent, mon père me donnait des nouvelles de la maison, comment Ange, Himeka, Kagome et lui se portaient, mais il était le seul avec qui j’avais encore des contacts. Kagome, avide de la gloire des Ushiromiya, était plus qu’heureuse de m’avoir éloigné de la maison, Himeka, trop petite, ne me connaissait pas. Quant à Ange… Elle m’en voulait de l’avoir abandonnée, d’autant plus qu’elle ne supportait pas Frederika, alors savoir que je la laissais pour aller avec elle… Autant dire qu’elle le vivait mal.

Cinq années. J’ai passé cinq années sous le joug total de l’héritière Sumareda. Cinq années pendant lesquelles je ne pouvais approcher personne. Mais ce que j’ose appeler un coup de chance est venu me sortir de là. En effet, étudiante en langues étrangères, Frederika devait partir en voyage afin de perfectionner ses niveaux en anglais et en allemand notamment et avait choisit comme destination l’Europe où elle avait de la famille éloignée. Ce pseudo stage devait durer trois ans, trois ans pendant lesquels je ne la verrai pas… Dieu que c’est triste. Et Dieu ce que je maitrise l’ironie.

Enfin libéré de son emprise, je passais pas mal de mon temps libre à trainer dans des bars, des restaurants ou des boites de nuit, jusqu’au jour où je découvris le Nozomi, un petit établissement où l’on donnait sa chance aux jeunes talents, qu’ils soient musiciens, magiciens ou comiques entre autres. Là, je t’avoue, je n’ai pas hésité l’espace d’une seconde. Le jeudi suivant, jour réservé pour cet évènement, je suis venu avec ma guitare me présenter au gérant, Kazuki, qui semblait très heureux d’avoir un nouveau à présenter. Malgré mon stress, ma première prestation s’est plutôt bien passée et j’ai été invité à revenir régulièrement.

C’est par ailleurs dans ce petit restaurant sans prétention que j’ai rencontré une personne que j’apprécie particulièrement. C’était un autre jeudi, je souhaitais répéter tranquillement chez moi mais le chien des voisins semblait clairement décider à m’interrompre par ses aboiements. Exaspéré, j’avais téléphoné à Kazuki –je m’entendais plutôt bien avec l’homme, bien qu’il ait l’âge de mon père- qui m’avait autorisé à venir répéter dans son établissement, en me disant qu’il serait surement ouvert par une de ses serveuses qui devait préparer la salle.

Ni une ni deux, je m’étais rendu au Nozomi et, comme me l’avait indiqué le propriétaire, passait par la porte arrière. Avant que je ne l’ouvre, je pouvais entendre une mélodie au piano, accompagnée par une voix ma foi plutôt jolie, mais celle-ci s’interrompit en un couac magistral à l’instant même où les gonds grincèrent. Lorsque j’entrais, je ne trouvais qu’une des serveuses occupée à faire le ménage. Je l’interrogeais sur l’origine de la musique et elle nia en bloc être en lien avec celle-ci. Pourtant, j’étais certain qu’elle avait l’oreille musicale, car je l’avais plusieurs fois surprise à grimacer lorsque les différents musiciens ou chanteurs qui se présentaient faisaient des fausses notes. Mais soit, elle ne semblait pas décidée à me parler alors je n’insistais pas et m’asseyais dans un coin pour accorder mon instrument. Une fois prêt, un sourire naquit aux coins de mes lèvres. Ce morceau, je le connaissais. Il n’était pas facile mais je le maitrisais plutôt bien. C’est pourquoi après une petite introduction, je repris l’instrumental là où il avait été abandonné.

J’avais visé juste semblait-il puisque la jeune fille repris la chanson au deuxième couplet, juste là où elle avait été coupée. Je tentais de joindre ma voix à la sienne sur le refrain mais, loin d’être un bon chanteur, je me ridiculisais et stoppais voix et musique alors qu’elle terminait a cappella. Le silence retomba quelques secondes et je repris la parole après avoir toussé pour la complimenter sur sa voix. Et oui, il faut admettre ce genre de chose. Elle se présenta : Gwenaëlle Umiko Suiteki et nous fîmes connaissance alors que je l’aidais à installer les tables. Le courant passa très bien entre nous deux et je m’attachai rapidement à la jeune brune, passant plus souvent qu’auparavant dans le restaurant afin de discuter avec elle.

A dire vrai, nous nous entendions si bien qu’elle avait toutes les difficultés du monde à me cacher lorsque quelque chose n’allait pas. C’est pourquoi un jour, alors qu’elle faisait tout pour paraître forte, je remarquai tout de même qu’elle était loin d’être au meilleur de sa forme. J’eus besoin de temps pour la faire parler mais elle fini par m’avouer qu’elle passait de mauvaises nuits car elle ne dormait plus dans un vrai lit mais sur la banquette de son auto. Elle n’entra pas davantage dans les détails et je ne l’y forçais pas, je n’avais pas besoin d’en savoir plus. Tout ce qui m’importait, c’était qu’elle ne dormait pas décemment, et je ne pouvais le laisser passer.

Malgré sa réticence première, je parvins néanmoins à la convaincre de venir dormir chez moi. Depuis que j’étais majeur, je partageais un appartement seul avec Frederika, mais celle-ci étant absente, j’avais grandement la place d’accueillir une invitée, et elle n’avait pas son mot à dire. Seulement se posa rapidement le problème de la couche, car même s’il n’y avait jamais rien eu de physique entre nous, ma "promise" et moi partagions un unique et même lit, entre autres dans un souci d’économie, et je me voyais mal y dormir en compagnie de mon amie. Cependant celle-ci refusait également que je dorme à même le sol, chose qui ne m’aurait pas du tout déranger, et finalement nous sommes partis sur le compromis de base, à savoir dormir ensemble sur le matelas, assez spacieux pour que l’on ne se gêne pas pendant la nuit. Elle avait toute confiance en moi, et moi en elle –et je pouvais de toute façon aisément la maitriser en cas de problème-, et puis ce n’est pas comme si Frederika était réellement clean avec moi à ce sujet, enfin ne parlons pas de choses qui fâchent.

Ainsi logée, ma camarade repris rapidement des couleurs plus joyeuses, mais pourtant elle ne semblait pas plus heureuse, et semblait lassée de son travail au Nozomi. Repensant à ce qu’elle m’avait raconté sur son passé, à savoir qu’elle n’avait pas fréquenté d’école depuis qu’elle vivait au Japon, c'est-à-dire depuis trois années, et mettant cela en relation avec le fait que je devais pour ma part changer d’établissement scolaire, je lui proposais de m’accompagner à la prochaine rentrée. Je dus un peu insister, surtout pour qu’elle s’inscrive avec moi dans le club de musique (un talent comme le sien, ça ne se gâche pas), mais je parvins à la convaincre d’intégrer la Neko Academy en ma compagnie.

D’ailleurs, l’année va bientôt reprendre, il nous reste peu de temps pour achever nos préparatifs de rentrée. On doit encore aller se renseigner pour nos chambres sur le campus et tout. J’vais te laisser là, de toute façon j’ai plus rien à te raconter. Au plaisir de te croiser dans la Neko !

Loisirs :

L’une des premières activités qui occupe mon temps libre : la musique. Lorsque j’en ai l’occasion, je n’hésite jamais à sortir ma guitare, que ce soit acoustique ou électrique, et à gratter deux-trois accords. Autodidacte j’ai appris seul à maitriser l’instrument, et aujourd’hui, je transmets les connaissances que j’ai acquises par moi-même à Gwenaëlle , tandis qu’elle m’enseigne le piano. Elle essaie parfois de me pousser à chanter aussi, mais je déteste ça, ayant une voix plus qu’horrible en comparaison de la sienne.

Je suis aussi un sportif dans l’âme, et ne dit jamais non à un foot, un volley, une course, ou que sais-je encore, même si ma préférence va souvent aux sports de combat. Non pas que j’aime me battre, au contraire, mais justement, ce genre de sport permet de savoir comment se défendre et parer, et se pratique avec un certain respect de l’adversaire, chose que vous ne verrez jamais dans une bagarre de rue.

Je ne suis jamais contre des sorties entres amis, dans des bars ou des boites de nuits, et boire ne me fait pas peur. J’ai l’alcool drôle dit-on, autrement dit je me lâche davantage qu’au naturel, mais surtout dans une optique de faire le pitre, je ne suis en aucun cas violent.

Lorsque le temps est mauvais, tu es aussi susceptible de me retrouver le nez collé devant l’écran de ma télévision ou de mon ordinateur à jouer à divers jeux vidéo ou à regarder les actualités. Et oui, je sais profiter des nouvelles technologies. Mais il m’arrive aussi de lire lorsque je suis au calme. Journaux, romans, bandes dessinées, livres de recettes, tout y passe, et surtout tout reste bien enregistré dans mon cerveau.

Relations :

/Les physiques sont donnés à titre indicatif/

> Atsuhito Ushiromiya (Rudolf Ushiromiya – Umineko no Naku Koro ni) ~Non Jouable~
Mon père, un homme sérieux et juste, mais très influence par sa nouvelle femme. Je n’ai jamais eu de problème d’entente avec lui, c’est d’ailleurs le seul membre de ma famille avec qui j’ai encore des contacts réguliers.
> Nozomi Amaryllis Arisu Ushiromiya (Shirayuki - Akagami no Shirayukihime) ~Non Jouable~
Ma mere, aujourd’hui décédée. C’était une comédienne itinérante avant de rencontrer Papa. C’est d’elle qu’Ange et moi avons hérité nos chevelures de feu. Il m’arrive parfois de pleurer en repensant à elle, mais je ne laisse personne le voir.
> Kagome Ushiromiya née Sumareda (Eva Ushiromiya – Umineko no Naku Koro ni) ~Non Jouable~
Ma belle-mère, une femme au caractère pour le moins particulier. Elle est très autoritaire et attirée par le pouvoir et la richesse. Je ne l’aime vraiment pas.
> Ange Akane Beatrice Ushiromiya (Ange Ushiromiya – Umineko no Naku Koro ni) ~ Incarnée~
Ma petite sœur que je n’ai pas vue depuis six ans déjà. Lorsque je l’ai quittée, c’était une toute jeune enfant, aujourd’hui elle doit juste rentrer dans l’adolescence. Je sais qu’elle est fâchée contre moi depuis que j’ai quitté la maison, je n’ai jamais eu l’occasion de lui reparler depuis et elle me manque beaucoup. Papa dit qu’elle porte toujours les élastiques que je lui ai gagnés à la fête foraine quand elle était plus petite, je me demande si c’est vrai.
> Himeka Amaterasu Ushiromiya (Maria Ushiromiya – Umineko no Naku Koro ni) ~Non Jouable~
Ma demie-soeur, fruit de l’union entre mon père et Kagome, lorsque je l’ai quitté, elle devait avoir moins d’un an. Elle doit avoir six ans aujourd’hui, mais je ne sais pas grand-chose de plus à son propos
> Frederika Kurashima (Lambdadelta – Umineko no Naku Koro ni) ~Non Jouable~
Ma promise, quelque peu imposée par mon père et surtout par Kagome. Elle est sympathique, quand nous sommes tous les deux uniquement, car en présence d’autres personnes, son caractère égocentrique reprend instantanément le dessus. Aussi consciente que moi que notre relation est forcée par les adultes, nous nous sommes accordés sur le fait que nous pouvions vivre notre vie sentimentale comme nous le souhaitions, du moment que cela ne se savait pas. Malheureusement, elle semble avoir quelques difficultés à respecter ce dernier point. Elle est encore en stage linguistique en Europe pour deux ans.
> Gwenaëlle Umiko Suiteki (Aerith Gainsborough – Final Fantasy VII) ~Incarnée~
Une très bonne amie, et ma colocataire actuelle. Avec Ange, elle est la seule personne à m’appeler par un diminutif de mon second prénom, Nath’. Elle a tendance à s’effacer en présence de monde, alors qu’elle gagnerait à se faire remarquer. Notre relation me fait penser à celle d’un frère et d’une sœur, en un peu plus proche peut-être. Mais n’allez pas vous imaginer des choses, il n’y a rien entre nous !



~ Personnage proposé par Gwenaëlle Suiteki/Ange Ushiromiya, niveau correct demandé ! ~

____________________

KUM-CHAN ♥
{ Je n'ai pas de compte à rendre, juste de l'amour à revendre }


____━━____┓━╭━━━━╮
____━━____┗┓|::::::^━━^
____━━____━┗|:::::|。◕‿‿­­­­◕。|
____━━____━━╰O--O-O--O


Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-academy.forumactif.org
 
~ Ushiromiya Ryūji ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maria Ushiromiya [En cours]
» Ushiromiya Ren [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Neko Academy ♫ :: Zone Membre :: Personnages Pré-Définis-
Sauter vers: