AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
~ Neko Academy ♫
~ Bienvenue sur Neko Academy !
Incarne le personnage de ton choix et intègre l'un des trois clubs proposés !
Ne perds pas une seconde, inscris-toi :)



 

Partagez | 
 

 Ojime Saito ( 100% )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ojime Saito
נє ѕυιѕ ησυησυяѕσρнιℓє !
avatar

Masculin Verseau Chien
Nombre de messages : 45
Age : 23
Autre Compte : Kuroko tetsuya, Ayame Kurosu, Hayashi Kaito
Classe/Profession : 1ère universitaire
Amour : Heu ....
Date d'inscription : 26/02/2012

Feuille de Personnage
Club : Sport
Option:
Instrument & Sport favori: Basket

MessageSujet: Ojime Saito ( 100% )   Mer 20 Juin - 21:27

    ~ Votre personnage ~

    » Nom : Ojime
    » Prénom : Saito
    » Âge :18
    » Année Scolaire : 1ème
    ○ Niveau : Universitaire
    » Club : Sport ( Basket )
    » Option : ///

    » Description Physique [ Minimum 5 lignes ]
      « Ho maman, dis oui dis oui... J'peux sauter sur mon ptit frère ? 
      Minako-chan... Voyons bien sûr que... »


      La suite, j'ai jamais eu l'occasion de l'entendre... Je me retrouvais toujours sur le sol étalé comme du choco ( du coup j'ai faim... ) ma sœur sur moi. Après vous vous demandez pourquoi j'suis génophobe hein ...



      « Ho maman... Tu trouves pas que son visage est mignon ? »

      Rah pourquoi tout le monde dit ça ! Nom j'suis loin d'être mignon donc arrêtez !
      Mon visage il est normal ! Fin c'est vrai qu'il l'est. Mais bon... Il montre aussi que j'ai du caractère !
      Mes yeux expriment tout. Rage, douleur, tristesse, joie... Haaa par contre... J'ai encore oublié le truc que je devais dire...

      Ha oui voilà...
      Alors j'ai un visage fin ( qui n'est pas si fin que ça ) mais très expressif grâce à mes yeux et certaines de mes mimiques. On devine aussi très bien que j'ai du caractère et que pourtant je suis timide.
      Mes cheveux sont de couleur noir et sont ni court, ni long, de taille moyenne on va dire.
      Mes yeux eux, changement de couleur selon l'humeur, le temps et le jour. De couleur normalement noir/marron très foncés, ils passent au gris clair ou gris souris.
      Mon nez est on va dire normal. Pas bossu, pas droit comme une planche, pas grand, pas petit, normal quoi.
      Ma bouche elle aussi est normal. Elle s'ouvre surtout pour dire se que je pense de tel ou tel personne quand je pète un câble. Sinon, elle n'est ni fine ni volumineuse, normal quoi.

      « Tu trouves pas qu'il a un beau corps et qu'il est grand ? Ca fait tout son charme ! »

      Hoo et puis zut ! J'dis ma taille, j'dis mon poids ! Je mesure pas loin d'un mètre quatre-vingt-cinq pour septante-et-un kilos. Je tiens à précisez que mes septante-et-un kilos sont loin d'être de la graisse. * fais des yeux qui tue avant de partir dans son ptit coin en courant * En effet, pratiquant du basket tout les jours et allant courir, mon corps est donc fait que de chair, muscle et os. Bon ok... et 0,099% de graisse comme ça vous êtes content.
      Non avec plus de sérieux, je suis assez musclé. J'suis pas non plus Hulk hein ! Musclé comme il se doit aussi bien au torse, aux bras et aux jambes. Comme quoi la basket ça endurcit pas mal ! Ca muscle aussi ! Mon cou haaa mon cou ... bah en faite il a rien de spécial pas petit pas grand pas gros pas mince, bien quoi comme tout le reste !

      « Quoi ? Mon style vestimentaire vous plaît pas ? Tant mieux pour vous ! »

      Qu'on aime ou pas mon style vestimentaire, j'en ai rien à faire. Chacun à ses goûts pour s'habiller nan ? Alors pourquoi moi je n'y aurais pas droit ? Ha ? J'y ai droit, bah.. cool alors !

      Je disais donc, je n'ai pas vraiment un style particulier. Je porte l'uniforme scolaire, et ce même si je ne le veux pas. Sinon, je suis souvent en basket, bermuda ou short et tee-shirt et ce par n'importe quel temps, qu'il pleuve, vente, neige, fasse grand soleil, je suis souvent comme ça.
      Bien sûr, et ça c'est un fait, j'aime porter l'uniforme du club de basket. J'aime montrer à tout le monde de quel club je fais parti !

      Je m'arrête... pour ceux qui en veulent plus sur mon physique ( pas de fille T.T ) faudra me déshabiller !




    » Description Morale [ Minimum 5 lignes ]
      « Avant tout, moi j'aime le basket ! »

      Avant toute chose, moi j'aime le basket. Vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que c'est la seule chose qui me permet de me défouler. Courir d'un bout de terrain à un autre dans une salle, marquer des paniers, tenir une balle entre mes mains, j'aime, c'est tout.
      Plusieurs personnes on déjà essayé de faire en sorte que je m'intéresse à d'autre sport comme le foot ou la natation, mais bon, pas d'bol moi je reste sur le basket...

      « Timide et pourtant grand bagarreur... »

      Oui, je suis timide, trop même. Tellement timide qu'il est rare que je sache regarder quelqu'un en fasse, droit dans les yeux. Dès que quelqu'un s'approche de moi, mon cœur fini par s'emballer, et moi à bégayer... Puis... je deviens tout rouge. C'est gênant vous savez. Mais bon j'suis comme ça. Même en classe, quand un professeur m’interroge je reste droit, presque comme si j'étais effrayé et je bégaye encore et encore. A cause de ça, j'suis obligé d'rester loin des autres, du coup on croit que j'suis associable.

      Et pourtant, malgré ma timidité, je suis un grand bagarreur. Il suffit d'un mot, un tout petit mot que je déteste et pouff je pète un câble.. Je montre mes poings et hop en un rien de temps je me bats. En faite, j'suis une vraie furie, un ptit démon quand je me bats. Bon ok, des fois j'me fais complètement ratatiner, mais c'est rare. Quand j'suis en colère, après m'être battu c'est comme si ma mémoire avait été effacer car je ne me rappelle plus se que j'ai fait. Donc c'est un peu chiant.

      « Loin d'être un intello, mais loin d'être con... »

      J'suis loin d'être un intello, mais j'suis pas bête non plus. En classe, j'ai la moyenne, enfin sauf pour les oraux, la j'suis mal... Mais bon, avoir la moyenne me suffit. Mes parents m'disaient souvent : Si tu étudies correctement, tu seras au dessus de ta moyenne. Donc fait le...
      Mais franchement ... Vous croyez que je vais étudier ? Nan ! Jamais ! C'est comme si vous me demandiez d'arrêter le basket et j'vous répondrais : JAMAIS.
      Mais bon, avoir la moyenne ne suffit pas toujours ... Malheureusement d'ailleurs.
      Mais ce qui compte, c'est que je n'ai jamais eu de mauvais point. Nop, toujours dans la moyenne, jamais au dessus, jamais en dessous. J'suis pas con qu'est-ce que vous croyez !

      « Un visage emplit de tristesse, de douleur et pourtant, il y a se sourire... »

      On m'a toujours dit : tu es triste ? Tu as quelque chose qui va pas ? Et j'ai toujours répondu que tout allait bien. Pourtant, c'est tout le contraire. Rien ne va justement. Sur mon visage, je ne montre que la tristesse et la douleur que j'ai subit par le passé, et ce s'en le vouloir. Mais bon, mon caractère fait que même si je suis triste, bah je souris. Oui, quand quelqu'un vient près de moi et me demande si ça ne va pas, bah... je dis que si, et je souris. Mais je m'éloigne après...


      « Allergie aux filles... At... Atcha ! »

      Aucune fille doit m'approcher ! Aucune ! Dès que j'en vois une je... J'éternue. Haaa oui, j'ai été traumatisé par ma mère et ma soeur du coup j'ai développé une allergie aux filles. Donc dès qu'une femelle ( hahouuu * sors * ) s'approche je me casse en courant ou j'me mets dans mon coin en prenant garde qu'elles ne viennent pas sinon j'crois que j'suis K.O si elles m'approchent. Bref, ça vous situe ?

      « J'ai pas peur du noir ! Bon ok... J'ai juste la trouille quand y a un orage... »

      J'ai peur de rien moi non mais. Enfin si une ou deux choses comme tout le monde. La première chose étant les filles. J'en ai horreur ! Mais si y a bien une chose dont j'ai encore plus peur... c'est les orages... Vous savez quand il tonne. Haa rien que d'y penser j'en ai des frissons dans le dos. Mais le truc le plus horrible serait qu'une fille m'approche pendant un orage. Je crois que je crève si ça arrive un jour !
      Mais sinon j'ai peur de rien hein sauf de ça... * pointe une fille du doigt *

      « Parce que j'aime me mutiler, on croit que j'suis suicidaire... N'importenawak ! »

      Haaa si y a bien une chose que j'aime ( moins que le basket bien sûr hein ), c'est me mutiler. Oui, j'aime bien me faire mal, un peu masochiste quoi. Bah j'trouve que ça fait du bien. Et puis, la couleur du sang c'est beau. Un beau rouge comme je les aime. Ho mais j'aime aussi voir les autres avoir mal hein, j'trouve ça marrant, particulièrement quand c'est une fille.
      Mais du coup, parce que j'me mutile on croit que j'suis suicidaire, Du coup bah partout on j'vais ma mère me suivait...


      Pour le reste de mon caractère, bah j'vous laisse le découvrir. Ha, y a une chose que vous devez savoir... Bon ok plusieurs. J'aime le basket, j'ai peur des filles et des orages, j'suis sadomasochiste, je me cache derrière de fausses émotions et en plus... je suis distant s'qui fait qu'on a du mal à m'approcher. De plus la plupart du temps j'parle pas...



    » Histoire [ Minimum 15 lignes ]
      « Mon histoire peut intéresser des gens, comme elle peu en endormir. Mais moi, même si je ne parle pas souvent, j'ai besoin de la raconter à quelqu'un. Et cette fois, j'ai choisi et du coup c'est vous. Donc s'il vous plaît, ne jugez pas, ne riez pas, ne parlez pas, écoutez juste. Toutes les vies ne sont pas semblables, vous devez le savoir. »

      « Quand tout allait encore bien... Si seulement ça aurait pu rester ainsi. »
      C'était il y a longtemps, et pourtant, je m'en rappelle comme si c'était hier.. A cette époque, mon père était encore à la maison. Ma mère riait, ma soeur été petite et âgée de huit ans et moi, je devais en avoir trois ou quatre. J'étais en innocent si l'on peut dire. Faisant des bêtises s'en le vouloir, me faisant gronder par mes parents et pleurnichant. Je suis né le 12 février pas loin de la capitale du Japon, dans un ptit bled paumé à peine connu des gens. A ce moment là, tout allait encore très bien. Mes parents, ma sœur et moi vivons très bien tous ensemble. Ma sœur venant d'entré en primaire ramenait des bons point, moi j'faisais mes ptits bricolages des maternelles. Déjà à ce temps là, je m'intéressais de près au ballon et encore plus à se sport nommé le basket.

      Mon père travaillait comme avocat alors que ma mère était médecin généraliste. On avait donc de quoi vivre tranquille pendant longtemps. Les années passaient encore et encore, ma sœur et moi on grandissaient à vu d’œil comme des mauvaises herbes. Elle, Minako entra dans sa dernière année en primaire ayant sauté une ou deux années je m'en rappelle plus trop, moi, j'entrais dans ma première année de primaire. Tout les jours, c'était notre grand-mère paternel qui venait nous chercher de l'école, et sur le chemin du retour, on allait souvent manger une petite glace ou une gaufre bien chaude.

      Bientôt, ma sœur atteignit l'âge de 13 ans, l'âge d'aller au collège et de s'intéresser aux garçons. Moi, je restais en primaire et j'étais assez perdu s'en elle qui avait été ma boussole. Comme à chaque fois, ma grand mère venait me chercher mais n'allait pas prendre sur le chemin du retour ma sœur, qui maintenant rentrait seule avec ses amies. Bien vite, je fus comme déprimé de ne plus savoir passer du temps avec elle. Bien sûr, ce ne fût pas ça qui fit chuter mes points, non je restais dans la moyenne. Et comme à chaque fois, une fois rentré à la maison, ma mère m'attendait les bras grand ouvert. Y avait de quoi rendre n'importe quelle famille heureuse.

      Pour me divertir, ma mère avait eu l'excellente idée de m'inscrire dans un club de basket qui se situait non loin de chez moi. Quand elle m'y avait emmené la première fois, j'avais été si heureux que j'en avais oublié ma sœur. Rien que le fait de tenir entre mes mains une vraie balle de basket me donnait des frissons de plaisir. J'étais si bien, dans cette salle cirée tout les jours où les balles rebondissent, où les jours marquent des paniers. J'étais heureux. J'étais encore plus heureux que le jour où j'avais eu Nyx, mon chien que mes parents m'avaient offert pour mes cinq ans. Enfin, je pouvais me donner à fond pour quelque chose que j'aimais plus que tout.

      « Quand tout a commencé à allé mal...J'aurais pas dû faire de conneries. »
      Les années ont passées, j'ai grandit, ma sœur aussi, et mes parents on vieillit mais n'avaient pourtant pas perdu de leur autorité. Je venais d'entré au lycée et avais rejoins le club de sport, enfin celui de basket. Et ma première bêtise fût de me consacrer qu'à se sport que je chérissais tant. A cause de ça, mes points chutèrent vite. J’eus droit à de nombreux sermons et de nombreux coups de la part de mon père alors que ma mère elle travaillait. J'avais l'impression qu'il ne me frappait que lorsqu'elle n'était pas là. Le pire c'était qu'il obligeait ma sœur à regarder et lui disait que si il partait un jour, elle devrait me frapper comme il le faisait. Bientôt, l'estime que j'avais pour mon père disparu, et à la place de la méprise s'installa. Je m'arrangeais toujours pour ne pas manger en même temps que lui, pour ne jamais le voir pour tout dire. Quand il s'en aperçut, il commença par s'en prendre à ma sœur. On ne savait pas pourquoi il y avait un tel changement de comportement chez lui, alors que quand j'étais en primaire et au collège il était toujours si calme, si gentil...

      Et un jour ça arriva, je pétai un plomb en classe agressant un professeur, lui donnant des coups. Trois élèves avaient dû me retirer de lui, sinon d'après aux, je l'aurai tué. A cause de se comportement, je fus renvoyé de mon lycée et exclus pendant un an de participation à un club de basket que ce soit au lycée ou dans le club où j'avais apprit à jouer. Mais le pire m'attendait... Quand je fus rentré chez moi, mon père m'attendait avec un regard à vous descendre sur place. Je n'ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit qu'il m'attrapa, me mit par terre et me frappa violemment comme jamais il l'avait fait auparavant. Et c'est à cause de se jour que mon attitude changea vis à vis de lui. Dès qu'on se voyait, il venait vers moi pour me frapper encore et encore, pendant ce temps, je me défendais comme je pouvais. Mais comment faire quand son père faisait deux voir trois fois la force qu'on a et plus de quarante centimètre en plus que nous ? Pas grand chose !

      Ma mère m'inscrivit dans un nouveau lycée dans la capital. Là bas, je devais vivre en internat et seulement retourner chez moi les week-end et les vacances. Bien sûr, je n'avais pas pu intégrer le club de basket. Alors je m'investis à fond dans mes études faisant pas mal augmenté mes points sans pour autant chuter. Et un jour, ma mère me sonna en pleur. Elle m'accusait d'avoir fait partir mon père de la maison. En faite, il s'était juste barré avec une catin, la jeune femme avec qui il allait souvent. Mais ça, ma mère ne le savait pas, et je ne lui avais jamais dit pour ne pas lui faire de la peine. Et lui, il avait trouvé comme prétexte que c'était de ma faute.

      Se fut Jin, le capitaine de l'équipe de basket qui vint vers moi pour me remonter le moral. Il était toujours souriant, marrant, et pourtant, je multipliais les conneries. Je perdais les ptits boulots qu'il me trouvait. Et a part avec lui, je restais à l'écart des autres.

      Un an passa, et je pus rejouer au basket. Je recommenças à rire bien sûr, mais j'appris vite que ma mère et ma sœur avaient aménager dans la capital, non loin de mon lycée. Et je ne fus pas surprit de voir ma sœur qui avait énormément changé en peu de temps. A cause d'elle, même ma vie au lycée devint un petit cauchemar. Les seuls fois où je soufflais, c'était en classe, au club et quand j'étais avec mon senpai ( Jin ).

      « Elles me détestent. »
      Le directeur du lycée m'obligea à quitter l'internat pour rejoindre l'habita de ma sœur et ma mère. J'aurais dû persévérer et continuer à dire non. Car en effet, ma vie était un vrai cauchemar. En plus d'être violente avec moi, ma sœur me prenait pour sa poupée quand elle avait ses envies perverse. Si je ne voulais pas ( c'était toujours le cas ), elle lançait des rumeurs sur moi comme quoi j'étais amoureux de mon senpai, ou pire, que je me servais de mon club pour je ne sais plus trop quels bêtises. A cause d'elle, les membres du club de basket on commencé à m'éviter et il n'y avait encore que mon senpai pour me remonter le moral. Je voulais revenir à l'internat, mais le directeur ne voulu pas. J'avais bon expliquer ma situation au directeur de l'établissement, il ne me croyait pas, la seule personne me croyant était Jin.

      Quand je rentais chez moi après le lycée, ma mère m'obligeait à faire toutes les tâches ingrates de la maison. Et si je ne voulais pas, elle prenait la relève de mon père et me frappait. Ne voulant pas lever la main sur elle, je me laissais faire. Sans cesse, ma sœur et ma mère me répétaient qu'elles ma détestaient.

      Un jour, alors que j'étais sur le toit du lycée, je découvris enfin, pour la première fois se qu'on appelait l'amour. Même si j'étais haïs par ma mère et ma sœur, il y avait une personne qui me soutenait dans les moments les plus bas. C'était un garçon, c'est vrai, c'était le capitaine de basket, Jin. Il était le seul qui me comprenait, qui me réconfortait. Et ce jour là, pour la première fois, je fus embrassé par lui. Je m'en rappelle encore, mon cœur battait si vite qu'il aurait pu partir de ma poitrine ou même éclater. Et puis, j'avais eu si chaud à mon visage, mon corps tout entier s'était engourdit et pourtant, comme si on me contrôlait, mes bras l'avait enlacé et des larmes avaient coulées. Mais il y avait une chose que je ne savais pas, c'était que ma soeur allait m'en faire voir de toute les couleurs vu qu'elle était folle amoureuse de mon senpai.

      Grâce à lui, tout les jours je rentrais d'excellente humeur chez moi. Je ne discutais pas et enfin, ma mère et moi on se réconcilia, on recommença à rire ensemble comme avant, elle me disait qu'elle m'aimait et grondait ma sœur quand elle s'énervait sur moi. J'étais redevenu heureux. Ma soeur voulait toujours me sauter dessus quand elle avait ses ''envies''. Et moi je n'hésitais pas à la repousser. Et un jour, elle me dit qu'elle allait me prendre mon chère senpai, mon Jin. Le Jin que j'aimais, celui avec ses cheveux ébènes, ses yeux bleus. Et ce fut vrai...

      « Être trahi par son senpai... un amour fichu. »
      La relation que Jin et moi avions évoluait de jour en jour. On passait tout notre temps ensemble. On jouait au basket ensemble, on avait ensemble amené le club en demi-final de la compétition inter-lycée. J'étais heureux, souriant, rêveur, mes notes étaient bonnes. Mais il y avait une chose qui me semblait assez louche, pourquoi d'un seul coup ma sœur était devenue du jour au lendemain gentille avec moi, serviable, et qu'elle avait arrêté de me sauté dessus ? Et puis pourquoi mon senpai ne venait plus aussi souvent.

      C'est tout simplement un jour, en suivant ma sœur comme ma mère me l'avait demandé vu qu'elle s'inquiétait pour elle, que mon petit monde se brisa. Il neigeait se jour là, je m'en souviens très bien. Et ma soeur était dans les bras de Jin. Ils s'embrassaient. Je passa à côté d'eux les yeux sur le sol, capuche sur la tête. Mon cœur serré, je rentra chez moi et m'enferma aussitôt dans ma chambre. Ma mère inquiète de me voir ainsi vint alors voir pourquoi je réagissais comme ça. Quand je lui expliquai, sa tête changea. Elle essaya de me réconforter en disant que je trouverais mieux. Le lendemain, Jin vint vers moi comme si c'était normal, et ma sœur me regardait du coin de l’œil. Et pour la première fois, je m'énervai sur Jin. Il était comme perdu, et quand je lui avouai que je les avais vu tout les deux la veille, il baissa la tête comme pour demander pardon. Et ce jour là je ne participa pas aux cours ni au club. Une nouvelle fois, je m'enfermai dans ma chambre. Mon moral était au plus bas, ma mère essaya de ma réconforter.

      Pour la première fois, ma sœur s'excusa et avoua ne pas avoir imaginé à quel point ça m'aurait fait mal. Je n'hésitai pas cette fois là, je lui retourna ma main en pleine figure. Et elle comprit aussitôt, elle et moi étions devenu comme des inconnus, des ennemis. Je ne voulais plus d'elle comme parente. Je l'avais idolâtrée, appréciée, aimée, puis détestée, et enfin, je la haïssais.

      « Perte de paroles... »
      Quelques jours après avoir perdu Jin, ma mère réussit à me faire retourner au lycée. Elle avait virée Minako de la maison suite à son acte. Le jour où je revins au lycée, les membres de l'équipe furent heureux de me revoir, senpai y comprit. Pourtant je ne dis rien. Je me consacrais seulement au basket quand j'allais au club, et aux cours quand j'allais en classe. Je ne prenais plus la parole, je restais éloigné des autres. C'était bête à dire, mais à cause de tout se que ma soeur m'avait fait, j'avais développé une sorte d'allergie aux filles. Dès qu'une fille m'approchait, j'éternuais, je saignais du nez, je m'éloignais apeuré. La seule personne qui ne me faisait pas cette effet était Seina, ma mère.

      Tout les jours, je venais en cours, je restais de mon côté m'éloignant de plus en plus de élèves du lycée. Même le directeur s'inquiétait de mon comportement associable. J'étais tellement éloigné des autres, que plus personnes ne savait dire si j'étais hétéro, homo ou bi, ou si j'aimais encore les gens en général. A chaque fois que je croyais Jin, mon cœur se serrait, et mes poings aussi. Je le détestais et pourtant, je l'aimais encore. Le voir avec ma sœur me rendait fou.

      Et pour finir, même chez moi j'arrêtais de parler. J'arrêtais d'aller au club et n'allais désormais plus qu'en cours. Les membres de l'équipe de basket venait voir si j'allais bien, et je ne leur répondais pas, et partais comme j'étais venu. Bientôt, on m'oublia complètement. Mes points restèrent dans la moyenne. Le seul cours où j' excellais, c'était le cours d'éducation physique.

      Le temps passa, et j'oubliais Jin. Quand il quitta le lycée avec ma sœur, je refis partie du club de basket. Les années passèrent encore et encore. Je ne parlais que rarement en cours et encore plus au club.

      « Quand on essaie de me faire remonter. »
      Il me restait un an à faire avant de pouvoir rejoindre l'université. Mais ne parlant toujours pas, et surtout ne m'étant toujours pas remis du coup que ma ''sœur'' m'avait fait, mes points baissèrent vite. Ma mère essaya comme elle pût de me faire de nouveau sourire, rire, et surtout parler. Quand je lui parlais, je lui disais que le sujet qu'elle abordait ne m'intéressais pas du tout. Le premier semestre passa vite et une nouvelle fois, mes points étaient dans la moyenne. Je ne voulais pas viser plus haut, ni plus bas. Le club de basket arriva en finale, et la perdit, pourtant les membres furent heureux d'y avoir accédé. Moi en revanche j'avais se goût amer qu'on a quand on vient d'avoir une défaite. Je ne digérais pas cette défaite. Alors, je me promis une chose, le prochain tournoi au quel je participerais, j'irais en finale et la gagnerais !

      A partir de ce jour, je retournai au club de sport un peu plus loin du lycée où j'ai pu faire de nouvelle rencontre peu aimable. En y allant trois fois par semaine, je finis pas m'intéresser à une affiche venant d'une académie accueillant collégiens, lycéens et universitaires. Je ne me fis pas prier, j’arrachai l'affiche du panneau d'affichage et la prit avec moi. En rentrant, je la montrai à ma mère et lui dis que c'était là que je voulais aller. Avec un grand sourire, elle accepta à la condition que je réussisse l'année scolaire en cours. Je lui promis.

      Les mois passèrent, les membres du club du lycée m'encourageaient. Ça me faisait plaisir, mais pas plus que ça. Je m'étais fixé des objectifs, et grâce à ma mère et aux membres de club, je réussis à remonter la pente en bas de la quelle j'avais glissé au début que j'étais au lycée. Étonnement, je me mis à étudier de plus en plus, mes points pour la première fois furent au dessus de la moyenne faisant de moi le vingtième aux examens.

      Je reçus mon diplôme, et ma mère remplit comme convenu le bulletin d'inscription de l'académie avec les papiers adéquat photocopié où je souhaitais aller. Elle l'envoya, et quelques jours plus tard, on reçut une lettre disant que j'étais accepté là bas.

      « Bienvenue à la Neko Academy ! »
      Il y avait de quoi en rendre plus d'un heureux. J'allais entrer dans une des académies les plus renommées du Japon après tout. Et c'est donc avec un léger sourire sur les lèvres que j'avais entrepris de faire mes sacs. J'avais de tout : livres, mp3, cd, mangas, ballon de basket, vêtements, mon uniforme du club de basket de mon ancien lycée, mon portable et deux trois bricoles afin de pouvoir participer aux cours avant d'aller acheté se qu'il me fallait vraiment.

      Chaque jours qui passaient, je les marquais d'une croix dans le calendrier de ma chambre. J'avais déjà préparé mes sacs alors qu'il me restait une semaine devant moi. Alors, je me décidai à aller remercier les membres du club dans le quel je jouais quand j'étais au lycée. J'allais alors chez eux les remercier de m'avoir soutenu comme il l'avait fait. Enfin, remercier était un grand mot car je ne voulais pas vraiment le faire.

      Enfin, le grand jour arriva. J'étais à la gare, ma mère à côté de moi attendant mon train. Elle aussi avait fait ses bagages. Elle avait décidée de me suivre à Fukuoka. Ma mère voulait y emménager afin que je puisse la voir quand je voulais lui parler, quand j'aurais besoin d'elle. En faite, elle voulait simplement que je reste auprès d'elle. Quand le train arriva, on y entra et s'installa, quoi de plus normal. Pendant presque tout le trajet, elle s'excusa pour le comportement qu'elle avait eu avec moi, et moi je lui disais que c'était rien et que c'était juste le passé, et qu'il fallait qu'elle tourne la page. Elle me répondit juste avec un sourire que je lui rendis, bien sûr, il était comme faux.

      Pendant le reste du trajet, elle m'avoue que j'étais beaucoup plus timide qu'avant, se qui me surprit évidemment. Puis en y repensant je fis signe que oui, c'était vrai. J'évitais tout le monde aussi sauf elle, et ça aussi c'était vrai. Enfin, après plusieurs heures de trajet, on fût à Fukuoka. Bien vite, on sortit de la gare et ma mère ne se pressa pas d’appeler un taxi. Elle voulait d'abord visiter un peu le coin. Et elle tomba vite sous le charme d'un petit appartement qui pouvait subvenir à ses besoins, bien qu'assez cher. Je lui dis alors qu'elle pouvait le prendre, que j'allais chercher un petit boulot pour savoir payer le logement.

      Par la suite, elle fit enfin appel à un taxi qui nous conduisit devant l'académie. Bien évidemment, je n'allais pas parler beaucoup, voir pas du tout. C'est une jeune femme qui vint m'accueillir. La directrice d'après se qu'elle avait dit. Ma mère lui expliqua ma situation et la jeune femme la rassura en disant que l'établissement allait me faire changer grâce aux élèves. Aux mots de la dame, je restais septique, mais pourtant, c'était fort possible.

      Après deux trois minutes de discussion avec ma mère qui me semblèrent énorme, je dis au revoir à celle-ci et entra enfin dans cette académie. Depuis longtemps, mon coeur battait la chamade. Après tout, une nouvelle année scolaire commençait pour moi, et une sorte de nouvelle vie aussi. Et qui sait, peut-être que quelqu'un arriverait à me faire rendre le goût de vivre. Et puis, je suis bien décidé, je vais rejoindre le club de basket !


    » Loisirs :
      Je n'ai pas vraiment de loisirs. Le seul loisir que j'ai, c'est aussi une passion, et c'est le basket. Sinon, il m'arrive de lire, et c'est souvent des livres parlant d'aventure ou de fantastique. Et, je lis aussi quelques mangas, mais rien de plus. Je me consacre entièrement au basket après tout, et aussi à mes études.


    ~ Vous , caché derrière votre ordinateur ~

    Je ne fais pas le formulaire car je ne fais que changer de perso XD
    Tsukiyo ne m'intéressant plus j'en prends un autre gné gné.



____________________

σנιмє ѕαιтσ-ѕαη
נє ѕυιѕ ησυησυяѕσρнιℓє !
* ѕσяѕ єт ραяѕ тяєѕ тяєѕ ℓσιη *

ღʆɨʍє sɑɨтღ-sɑи

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ojime Saito
נє ѕυιѕ ησυησυяѕσρнιℓє !
avatar

Masculin Verseau Chien
Nombre de messages : 45
Age : 23
Autre Compte : Kuroko tetsuya, Ayame Kurosu, Hayashi Kaito
Classe/Profession : 1ère universitaire
Amour : Heu ....
Date d'inscription : 26/02/2012

Feuille de Personnage
Club : Sport
Option:
Instrument & Sport favori: Basket

MessageSujet: Re: Ojime Saito ( 100% )   Ven 22 Juin - 12:56

Fini ! * masse sa main *
Je mets quand même le code ou c'est bon '.' ?

( Celui qui dit que ma présentation est petite, je le massacre sur place ! C'est la plus grande que j'ai jamais fait ! *fière d'elle* )

____________________

σנιмє ѕαιтσ-ѕαη
נє ѕυιѕ ησυησυяѕσρнιℓє !
* ѕσяѕ єт ραяѕ тяєѕ тяєѕ ℓσιη *

ღʆɨʍє sɑɨтღ-sɑи

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♫ Miharu Kumiko
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
avatar

Féminin Verseau Chien
Nombre de messages : 771
Age : 22
Autre Compte : Walker Allen, Rose Annabeth, Eiko Nezumi & Takamatsu Len
Classe/Profession : 1ère Année, Universitaire
Amour : 仁 ♥
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Equitation
Instrument & Sport favori: Violon & Equitation

MessageSujet: Re: Ojime Saito ( 100% )   Ven 22 Juin - 13:48

    ~ Ton histoire est trop courte, rajoute 100 lignes minimum =/ *paf*

    Nan franchement, tu t'es lâché là :P Tu n'as pas besoin de tout remettre, j'pense que tu connais le code depuis le temps xD Je te valide, bon jeu \o/

____________________

KUM-CHAN ♥
{ Je n'ai pas de compte à rendre, juste de l'amour à revendre }


____━━____┓━╭━━━━╮
____━━____┗┓|::::::^━━^
____━━____━┗|:::::|。◕‿‿­­­­◕。|
____━━____━━╰O--O-O--O


Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-academy.forumactif.org
Ayame Kurosu


avatar

Féminin Balance Chien
Nombre de messages : 12
Age : 22
Autre Compte : Hayashi Kaito, Ojime Saito.
Classe/Profession : 3 ème universitaire.
Amour : Peut-être un jour.
Date d'inscription : 23/10/2011

Feuille de Personnage
Club : Sport
Option: ///
Instrument & Sport favori: Karaté

MessageSujet: Re: Ojime Saito ( 100% )   Ven 22 Juin - 14:40

Dis moi encore que je dois faire 100 lignes en plus et je te mords '.'

____________________

кυяσѕυ αуαмє

ќµʀღsµ ɑγɑʍє

ќµʀღsµ ɑγɑʍє
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfeternity.forumgratuit.be/
♫ Miharu Kumiko
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
avatar

Féminin Verseau Chien
Nombre de messages : 771
Age : 22
Autre Compte : Walker Allen, Rose Annabeth, Eiko Nezumi & Takamatsu Len
Classe/Profession : 1ère Année, Universitaire
Amour : 仁 ♥
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Equitation
Instrument & Sport favori: Violon & Equitation

MessageSujet: Re: Ojime Saito ( 100% )   Ven 22 Juin - 14:49

~ J'ai même pô peur :P

____________________

KUM-CHAN ♥
{ Je n'ai pas de compte à rendre, juste de l'amour à revendre }


____━━____┓━╭━━━━╮
____━━____┗┓|::::::^━━^
____━━____━┗|:::::|。◕‿‿­­­­◕。|
____━━____━━╰O--O-O--O


Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-academy.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ojime Saito ( 100% )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ojime Saito ( 100% )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Round #1 : Saito VS Kazama
» Carrière de Shikasuke Saito
» Armurerie de Konoha
» Shikasuke Saito, au rapport ! [fini]
» Comme d'habitude, il y a toujours des p'tits gamins louches qui trainent ici♪ [Pv Akira Saito]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Neko Academy ♫ :: Zone Membre :: Présentations des Membres :: Présentations Validées-
Sauter vers: