AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
~ Neko Academy ♫
~ Bienvenue sur Neko Academy !
Incarne le personnage de ton choix et intègre l'un des trois clubs proposés !
Ne perds pas une seconde, inscris-toi :)



 

Partagez | 
 

 Gwenaëlle débarque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gwenaëlle Suiteki

avatar

Cancer Chèvre
Nombre de messages : 11
Age : 26
Autre Compte : Ai Sherry Sewa, Ange Ushiromiya, Nadeshiko Mercedes
Classe/Profession : 3e Année Lycéenne
Amour : Fufufu~
Date d'inscription : 06/07/2012

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Photographie
Instrument & Sport favori: Piano ~ Natation

MessageSujet: Gwenaëlle débarque   Ven 6 Juil - 2:11

Suiteki Gwenaëlle Umiko


Je ne sais faire que Chanter, pour quelqu'un qui s'en va,pour ne pas cesser de vivre...


Personnage

|- Nom : Suiteki
|- Prénoms : Gwenaëlle Umiko
|- Surnom : Gwen ou Umi
|- Âge : 18 ans
|- Sexe : féminin


Fiche scolaire

|- Année Scolaire : 3ème
|- Niveau : Lycéen
|- Club : Musique
|- Option : Photographie



Je vis de notes et je vis de lumière~


* Son caractère~

Définir le caractère de Gwenaëlle en quelques lignes ? Cela me semble bien difficile, vu comme celui-ci est complexe… Enfin, tentons tout de même le coup. Mais après, ne venez pas vous plaindre si c’est trop long. Vous l’avez voulu, vous assumez les conséquences. Je ne suis pas responsable de votre migraine après cette lecture. C’est vous qui voyez.

Au premier abord, l’enfant Suiteki peut sembler froide, distante même, ne parlant pas beaucoup à autrui, mais il s’agit juste en réalité d’une carapace qu’elle s’est forgée pour se protéger du monde extérieur depuis la mort de sa mère. Une carapace néanmoins facile à briser dès que l’on sait attirer son attention, car en effet, Gwen est de nature très curieuse, et si ce que vous dites ou faites l’intéresse ne serait-ce qu’un peu, vous pouvez être sûr de percer sa bulle. Enfin, c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, car hormis la musique, il existe peu de choses capables de faire réagir la jeune brune.

Une fois son masque tombé, il faut admettre que l’on découvre une toute autre personne : Une demoiselle gentille, amicale et souriante, prête à partager et à aider autant qu’elle peut. Mais ne vous avisez pas d’abuser de sa bonté car comme la mer à laquelle elle doit son nom, Umiko est de ceux capable du calme à la tempête en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et dans ces moments là, mieux vaut ne pas rester dans les parages, au risque de prendre des dommages collatéraux. Pas que la chanteuse soit violente, mais lorsqu’elle est sous le joug de la colère –ou du stress également- , il lui arrive souvent de perdre le contrôle d’elle-même et de dire ou faire des choses qu’elle regrette à l’instant même où elles se produisent. Soyez toute fois rassurés, ces accès de fureur disparaissent généralement aussi rapidement qu’ils sont arrivés.

Cependant, la colère n’est pas la seule expression à pouvoir apparaître sans prévenir sur les traits de Gwen. Il arrive en effet souvent à la brune de se mettre à pleurer ou à afficher une mine morose, sans pour autant qu’on ne puisse pour autant s’y attendre. Il suffit parfois d’un mot, d’une phrase pour que les lueurs de joies dans ses yeux cèdent la place aux larmes, et ce sans réelle logique, tant le cheminement des idées dans l’esprit de la demoiselle peut être compliqué quelques fois. Dans ses moments là, un rien peut la consoler, un simple mot, un bisou, une étreinte… Oui, Gwen est une fille très câline, même si elle ne le montre pas au premier venu. Toutefois, ce genre de petite attention a parfois l’exact effet inverse que celui qui était attendu, mais encore une fois, rien ne permet de prévoir ce type de réaction.

Même si cette petite demoiselle a un caractère bien à elle, il faut bien admettre que, lorsqu’il s’agit de prendre une décision, elle est clairement la dernière à donner son avis. Elle attendra que tout le monde s’exprime avant de suivre discrètement la majorité. Oui, Umi est loin d’être une meneuse, clairement une suiveuse, elle ne prendra jamais d’initiative et se pliera toujours à l’avis du groupe. Cela est en partie du à une peur qui la ronge de l’intérieur : la peur de ne pas être aimée des gens qui l’entourent. C’est cette peur qui la pousse à renier ses propres goûts, ses propres envies, sa personnalité et à suivre les autres et à les imiter en se construisant une personnalité publique pouvant être aux antipodes de la sienne.

Pour revenir à des traits plus globaux, Gwenaëlle est une fille du genre manique, voire perfectionniste. Elle n’apprécie guère lorsque quelque chose n’est pas effectué de la meilleure manière possible et est très dur envers elle-même à ce propos, surtout lorsque cela concerne un de ses domaines de prédilection, la musique ou la photographie. Lorsqu’il s’agit d’une autre personne, même sa première réaction manque généralement de tact (une grimace par exemple, c’est loin d’être bien vu en général), elle tache ensuite d’argumenter son point de vue et surtout d’aider à rectifier le tir pour s’approcher de la perfection.

Enfin, bien qu’elle le garde généralement pour elle, la jeune brune est une personne extrêmement jalouse, et surtout possessive. Ces traits de caractères sont en grande partie liés à sa peur de ne pas être appréciée. Cela parait presque normal. Après tout, si une personne est meilleure qu’elle dans un domaine, on risque de s’intéresser à elle, et donc d’oublier jusqu’à la présence même de la chanteuse. Pas qu’elle souhaite se mette en avant ou être le centre de toutes les attentions, mais elle craint réellement d’être abandonnée par ceux qu’elle aime, raison pour laquelle elle chérie comme la prunelle de ses yeux les personnes qui sont chers à son cœur.

Après, tout ceci ne reste que des mots, il n’est pas aisé de décrire la psychologie d’une personne par les mots, et le mieux pour la connaître réellement reste de la fréquenter, de vivre à ses côtés et de l’observer au quotidien. De toute façon, il existera toujours des situations face auxquelles elle réagira de manière inattendue, alors pourquoi se focaliser sur certains points ?

* Son physique~

Physiquement parlant, on ne peut pas dire que Gwenaëlle soit quelqu’un qui sorte réellement du lot. Un faible mètre soixante trois pour un peu moins d’une cinquantaine de kilogrammes, elle ni trop petite, ni trop grande, juste dans la norme, quoique un peu maigre peut-être. Entamons donc la description de la demoiselle de la tête aux pieds.

Commençons par son visage tout d’abord. De forme ovoïde, il est d’une banalité affligeante. Pas de cicatrice, pas de grain de beauté, pas de tâche de rousseur, rien de tout cela ne vient perturber le facies de la jeune chanteuse, dont les traits sont aussi fades que ceux des têtes à coiffer avec lesquelles s’amusent les petites filles. Parlons en d’ailleurs de sa chevelure, cette longue crinière brune, qu’elle discipline habituellement en une tresse ornée d’un ruban, lui descend, lorsqu’elle la lâche, jusqu’au creux des reins, tandis que quelques mèches bouclées viennent encadrer son visage aux grands yeux couleur émeraude. Nul besoin de longs discours pour décris le reste de ses traits, son nez est fin, discret, tout comme ses lèvres rosées.

Continuons à descendre pour atteindre son cou, aussi pâle que le reste de sa peau, qui est bien souvent protégé par un foulard, ceci dans le but de protéger sa gorge et ses cordes vocales. En effet, la jeune brune sait à quel point il est primordiale pour elle de prendre soin son organe vocal, afin de suivre, même discrètement, les pas de sa mère. Un peu plus bas, sa poitrine. Loin d’être plate sans pour autant être trop imposante, on pourrait la qualifier de jolie ou de bien proportionnée. Oui, Umiko n’a clairement pas à rougir ou à complexer sur cette partie de son anatomie. D’ailleurs elle n’a aucun complexe sur son apparence à proprement parler, tant qu’elle se plait à elle-même, les autres n’ont pas leur mot à dire. Son ventre ensuite. Comme dit plus tôt, Gwen est un peu maigre, et cela se voit notamment à cet endroit où le corps de la jeune fille est clairement plat.

Remontons rapidement au niveau de ses épaules, plutôt frêles, elles ne sont pas taillées pour les lourdes charges. En revanche ses bras, de même que ses jambes d’ailleurs, sont assez musclés sans pour autant être épais, ce qu’elle doit aux heures passées à nager durant son enfance et son adolescence. Rien de spécifique à déclarer sur ses poignets ou ses mains qu’elle agrémente rarement de bracelets, bagues ou autres fioritures, qui ont plutôt tendance à la gêner, au plus une montre et une gourmette, après c’est trop.

Reprenons notre descente avec tout d’abord un passage express sur la zone du bassin, simplement pour constater que cette zone de son corps s’accorde au reste, à peine de formes, juste ce qu’il faut pour pouvoir dire qu’elle en a. Nous arrivons par la suite à ses jambes. Comme indiqué auparavant, celles-ci sont relativement musclées par la natation et ne porte aucune cicatrice ou autre marque quelconque. Enfin pour terminer, ses pieds. Que voulez-vous dire là-dessus ? Ils ont chacun cinq orteils dont un plus imposant que les autres, un talon, et sont reliés aux jambes par des chevilles, quoi de plus banal ?

Côté vestimentaire, elle ne rechigne jamais quant au fait de devoir porter l’uniforme standard pour aller à l’école, quoique, elle a tout de même déjà soulevé ce problème des tenues imposées, que ce soit au Japon ou hors de l’archipel, à savoir qu’en hiver, les jupes, c’est loin d’être le choix de tenue le plus pertinent. Dans la vie de tous les jours, il arrive à Gwen de porter aussi bien de longs jeans que de courtes jupes en fonction du temps, mais sa préférence va aux robes droites, et ce malgré le fait qu’elles aient tendance à limiter ses mouvements, cela ne la dérange aucunement. Au niveau de la couleur, son choix se portera le plus souvent sur des couleurs claires, pastel, comme du rose ou du bleu ciel, même s’il lui arrive de porter des teintes plus sombres comme du noir.


* Son histoire~

Début Février, un mois plutôt chaud dans l’hémisphère sud. Les plages du continent Australien sont envahies par les touristes et les surfeurs, bien décidés à profiter du temps clément offert par les tropiques, avant d’aller se restaurer le soir que ce soit dans les fast-food pour les uns ou les restaurants plus chics pour les autres. C’était le cas de Utarō Suiteki, chef d’orchestre reconnu et pianiste à ses heures, et de sa compagne Daphnée Thompson, chanteuse d’opéra à la voix de cristal. Les tourtereaux étaient de passage pendant deux semaines sur la plus grande terre d’Océanie pour leurs vacances, et avaient assisté à leur arrivée aux festivités données pour la fête nationale du pays. Le jeune couple était sur le point de commander quand Daphnée commença à se plaindre de douleurs au ventre. Son compagnon, inquiet, fronça les sourcils et jaugea son aimée du regard. Son ventre était bien rond, et même si la naissance n’était prévue que pour la semaine suivante, il semblait que le bébé en avait décidé autrement. Ni une ni deux, le jeune homme fit signe à un homme présent afin qu’il aide la future maman à se mouvoir tandis qu’il se précipitait hors du restaurant pour interpeller un taxi au plus vite. Dès que le chauffeur s’arrêta, Utarō aida sa dulcinée à s’installer dans le véhicule avant de rentrer dedans et de demander à être conduit à l’hôpital le plus proche. Le trajet parut interminable aux amants si bien que lorsqu’ils furent arrivés à l’entrée du grand bâtiment blanc, le chef d’orchestre se précipita aussi vite qu’il le pouvait, soutenant sa bien-aimée. Très rapidement, Daphné fut prise en charge et, après la panique de l’accouchement vint le soulagement, lorsqu’elle put enfin prendre sa fille dans ses bras.

L’enfant fut prénommée Gwenaëlle Umiko. Si le premier prénom a été choisit en hommage à sa marraine, la sœur de Daphné, aujourd’hui défunte, celui de Umiko n’a pas été choisi à la légère non plus. Umiko, enfant de la mer… L’origine de ce prénom vient du lieu de vie du couple Suiteki-Thompson. En effet, les deux mélomanes habitaient sur un bateau aménagé avec lequel ils parcouraient les océans. C’est ainsi que la petite fille à peine née commença son tour du monde en accompagnant ses parents alors qu’ils participaient à divers spectacles de par le monde. Oh oui, elle en vit du pays. D’abord l’Australie, où les amoureux avaient prolongés leur séjour suite à sa naissance, puis l’Amérique Latine : Mexique, Argentine, Brésil pour ne citer que des connus. Plus tard les Etats-Unis et le Canada. Ils s’arrêtèrent aussi dans beaucoup de pays européens comme l’Espagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre bien sûr, pays natal de Daphnée, mais aussi l’Autriche ou la Grèce. Leur voyage les amena également dans quelques pays d’Afrique, même s’ils restèrent principalement en Afrique du Sud et à Madagascar, avant de remonter vers l’Asie, avec l’Inde, la Thaïlande ou la Chine pour enfin rentrer dans le pays d’origine d’Utarō, le Japon.

Ce voyage dura quinze années, quinze années durant lesquelles Gwen vit du pays, c’est le cas de le dire. Mais étant très jeune, elle ne put pas tout voir de ses propres yeux, et beaucoup des souvenirs de voyages qu’elle possède sont des photos prises par ses parents, du moins jusqu’à l’âge de sept ans où ils lui offrir son propre appareil photo. En effet, il arrivait parfois à l’enfant de chaparder l’appareil d’Utarō, ce qui avait permit aux deux adultes de se rendre compte que la petite brune était plutôt douée pour les prises de vue. C’est la raison pour laquelle elle eut droit à se cadeau très jeune, afin qu’elle puisse capturer elle-même chaque instant qu’elle jugeait important.

Bien sûr, malgré le train de vie particulier de la famille Suiteki, l’éducation d’Umiko n’était pas laissée en reste et, en plus de cours par correspondance, la fillette était à chaque escale inscrite dans une des écoles locales afin d’une part suivre des cours classiques, d’autre part afin de pouvoir rencontrer des enfants de son âge. Bien sûr, la barrière de la langue rendait parfois la conversation difficile, mais son statut de petite étrangère de passage lui donnait souvent une place particulière dans les classes qu’elle fréquentait et elle était facilement acceptée par ses camarades. Elle eut l’occasion de se faire de nombreux amis, et d’avoir même de petites aventures, même s’il n’y avait rien de plus concrets que de discrets signes de la main ou de légers bisous, de nombreuses personnes avec qui elle communique aujourd’hui encore, que ce soit par lettre manuscrite ou via les nouvelles technologies.

Avec des parents comme les siens, il y eut une passion à laquelle Gwenaëlle ne put échapper : la musique. Dès son plus jeune âge, la demoiselle s’amusait à imiter sa mère, avec un certain talent d’ailleurs. Les deux adultes, touchés que leur fille s’intéresse à leurs métiers, faisaient tout leur possible pour aider leur enfant à se perfectionner, d’autant plus que Umi était le portrait de sa mère physiquement mais aussi vocalement, et qu’elle marchait dans ses pas sans fausse note. Daphnée chantait avec elle tandis qu’Utarō les accompagnait au piano, instrument dont il enseigna les bases à sa fille. Gwen était une bonne élève, douée et talentueuse, si bien que ce fut très jeune qu’elle fit ses premiers pas sur les planches aux côtés de ses parents, même s’il s’agissait principalement de chœur ou de rôles secondaires. Une vie peu commune, aux allures de rêve d’enfant, rêve qui finit par se briser comme un miroir.

En effet, ce n’est pas une simple envie de retour aux sources qui a poussé la famille de musiciens à stopper son voyage dans l’archipel nippone, mais un souci d’ordre médical qui touchait Daphnée et plus précisément ses cordes vocales qu’elle dut faire opérer. Malheureusement, tout ne se passa pas comme prévu, et une complication en entrainant une autre, la chanteuse perdit l’usage de la voix. Finit la carrière dans l’opéra. Umiko, afin de communiquer aisément avec sa mère, ajouta le langage des signes à la longue liste des langues dont elle connaissait les rudiments. Bien sûr, Daphnée feignait d’aller le mieux possible, et encourageait sa fille à continuer dans le chemin qu’elle avait elle-même tracé, mais le chant était toute sa vie et sans voix, elle était plus perdue qu’un enfant. Privée de ce qui l’avait guidée durant toutes ces années, l’ancienne vedette mis fin à ses jours moins de deux mois après la fin forcée de sa carrière.

La disparition de sa génitrice affecta profondément Gwenaëlle, qui depuis ce jour funeste s’était totalement refermée sur elle-même et sur la musique, bien qu’elle ne la pratique plus que pour elle-même, se refusant à toute prestation en présence d’un quelconque public. Voyant sa fille ainsi fermée au monde, le chef d’orchestre voulu dans un premier temps l’inscrire dans une école de leur ville, mais celle-ci refusa, préférant garder une certaine liberté en continuant des cours par correspondance. L’adulte accepta, cependant il n’était pas dupe, et savait qu’elle ne voulait simplement pas sortir de la bulle de mélodies dans laquelle elle s’enfermait dans sa chambre. Soit. Il posa néanmoins une condition : que sa fille accepte le petit boulot qu’il lui trouverait afin de se faire un peu d’argent de poche, et surtout pour qu’elle ne reste pas cloitrée à la maison.

Evidemment, Utarō avait une idée derrière la tête. Lorsqu’il était plus jeune, le père de famille avait, avec un ami prénommé Kazuki, ouvert un petit restaurant bon marché, le Nozomi, restaurant intégrant une petite estrade accueillant divers spectacles pour divertir les clients. Un grand classique pourrait-on dire. Cependant les deux hommes avaient ajoutés une petite particularité à cet établissement : Tous les jeudis, la scène était ouverte aux jeunes talents anonymes. Chacun avait sa chance, à la simple condition d’accepter de céder la place au candidat suivant une fois son tour fini. Ce système avait enchanté nombre de clients et avait permis de sortir de l’ombre des jeunes bourrés de talent et d’imagination, et cela fonctionnait encore aujourd’hui. C’était dans ce restaurant que Gwen devrait travailler. D’abord réticente, la jeune fille accepta néanmoins. Tant qu’on ne la forçait pas à chanter... Ce n’était pas une si grosse contrainte. Umiko se révéla assez polyvalente, travaillant aussi bien dans la salle qu’en cuisine et ce même si, le gérant l’avait remarqué, elle se laissait souvent distraire par la musique jouée que ce soit par les amateurs ou les professionnels. Mais bon, elle était ponctuelle et faisait du bon travail, il n’avait clairement pas de raison de se plaindre.

Un jour où il fut conscient qu’il ne pourrait pas ouvrir l’établissement en temps et heure à cause d’un rendez-vous, Kazuki montra sa grande confiance en la fille de son ami en lui confiant un double de la clef du Nozomi afin qu’elle puisse l’ouvrir et le préparer en son absence. Umi, en bonne employée, s’y rendit bien plus tôt que prévu afin de faire un grand ménage de la salle. Cependant, alors qu’elle nettoyait l’estrade, le piano qui y trônait commença à lui faire de l’œil, et avant qu’elle ne s’en rende compte, elle faisait déjà glisser ses doigts sur les touches d’ivoire. Après tout, elle était seule, il n’y avait personne pour la voir ou l’entendre. Après avoir repris en main l’instrument, elle commença à jouer un morceau qu’elle chantait souvent avec sa mère, et très vite, la voix suivit.

"I've heard there was a secret chord
That David played, and it pleased the Lord
But you don't really care for music, do you?
It goes like this, the fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing Hallelujah"


Un sourire s’étendit sur ses lèvres lorsqu’elle arriva au refrain. Cette mélodie lui rappelait tant de souvenirs, faisant naitre des larmes d’émotion au coin de ses yeux. Elle allait entamer le second couplet quand elle entendit la porte de l’arrière salle se refermer. Sous le coup de la surprise, ses mains s’écrasèrent sur le clavier, provoquant un festival de notes qui la firent grimacer. Paniquée à l’idée que quelqu’un l’ait entendue, elle referma bien vite le cache et fit mine de se remettre à son ménage. Après quelques instants, un jeune homme sortit des coulisses, s’excusant en expliquant que Kazuki l’avait autorisé à venir répéter en avance. Gwen le reconnut rapidement : il s’agissait d’un habitué du passage amateur, un jeune guitariste qui se débrouillait plutôt bien. Lorsqu’il demanda à la serveuse si c’était elle qui chantait quelques minutes auparavant, celle-ci piqua un fard et bafouilla une réponse négative en lui tournant le dos avant de reprendre la préparation de la salle

Alors la brune pestait intérieurement contre elle-même de s’être laissée tentée par l’instrument noir, le garçon sortit sa guitare et, à la grande surprise de Gwenaëlle, reprit la suite du morceau qu’elle avait abandonné à son arrivée. Sans qu’elle ne puisse s’en empêcher, les notes s’échappaient déjà de ses lèvres et, abandonnant le verre qu’elle lustrait depuis qu’elle avait quitté le piano sur le bar, elle se rapprocha lentement du musicien en l’accompagnant à la voix.

"Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty in the moonlight overthrew you
She tied you to a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the Hallelujah"


Le guitariste voulu l’accompagner sur le refrain mais abandonna très vite guitare et voix, loin d’être doué pour le chant. La brune sourit et termina le refrain a cappella, avant de laisser le silence revenir. Gêné, le garçon toussa pour dissiper le malaise et complimenta Umi sur sa voix avant de se présenter : Ryūji Ushiromiya. Ils discutèrent un peu, histoire de faire connaissance, puis le garçon offrit son aide à la chanteuse afin de mettre en place les tables et le reste du restaurant, aide que la demoiselle accepta de bon cœur. Le courant était très bien passé entre les deux jeunes gens et très vite, Ryūji devint le confident de Gwen, une personne à qui elle pouvait tout dire, ou presque.

Car il y a un sujet que la jeune fille n’aimait pas aborder, c’était l’ambiance chez elle. En effet, celle-ci s’était dégradée au fur et à mesure que le temps passait depuis la mort de Daphnée. Son père s’était mis à boire, pour oublier, mais boire beaucoup, et surtout assez pour que Umiko se prenne des réflexions à la moindre étourderie. Le ton montait assez vite entre l’adulte et l’adolescente, et bien souvent, cette dernière préférait quitter la demeure familiale plutôt que d’argumenter avec son paternel guidé par la boisson. Ça devenait tant une habitude que lorsque la brune fut majeure et dotée de son permis de conduire et d’une voiture, elle laissa un mot en indiquant à son géniteur qu’elle partait à la recherche d’un toit pour elle-même, qu’elle le trouverait par elle-même, et qu’elle se débrouillerait pour se loger et autre jusque là.

Malheureusement, Gwen ne trouva pas rapidement d’appartement et son état physique, à force de passer de mauvaise nuit, se dégrada de manière visible, ce qui n’échappa pas à l’œil attentif de Ryūji qui interpella son amie à ce sujet. Ne souhaitant pas l’inquiéter, la serveuse garda tout d’abord le silence, mais devant l’insistance du guitariste, elle finit par lui avouer que, puisqu’elle n’avait plus de logement et qu’elle refusait de retourner chez son père sans "chez elle", elle passait ses nuits dans sa voiture. Le musicien, ne pouvant décemment la laisser continuer ainsi, lui offrit l’hospitalité, bien qu’à nouveau il dut insister avant que la brune n’accepte.

Après tout, il y avait de la place dans l’appartement de Ryūji. En effet, le garçon partageait l’endroit avec sa petite-amie –ou plutôt sa promise, précisait-il toujours-, mais celle-ci était partie en voyage linguistique en Europe, afin de se perfectionner, et ce pendant une durée de deux ans, aussi vivait-il seul pour le moment, et, comme il l’avait utilisé comme argument pour convaincre Gwen, avait-il besoin de compagnie. Il y avait néanmoins un léger souci. Sa colocataire étant sa future épouse –du moins d’après l’arrangement fait entre leurs deux familles-, les deux jeunes gens partageaient un seul et même lit. Autrement dit, pas de couchette disponible pour la chanteuse. Soit, Ryūji était près à lui laisser le matelas pour dormir, quitte à dormir à même le sol, mais la brune n’était pas de cet avis, et après moult discussions, les deux amoureux de la musique parvinrent à un accord pour partager le lit qui était bien assez grand pour accueillir deux personnes à la fois sans que celles-ci ne se touchent. De toute façon, la jeune fille avait une entière confiance en son ami, et se doutait qu’il ne ferait jamais rien pour lui nuire d’aucune façon.

Logée, Umi reprit rapidement du poil de la bête, pourtant, son expression restait maussade, comme si elle n’avait plus vraiment goût à la vie. Elle était lasse de son quotidien, et avait besoin de changer son train de vie. Encore une fois, ce fut son compagnon de chambrée -qu’elle surnommait aujourd’hui Nath’, diminutif de Nathanael, son second prénom- qui lui apporta une solution. Pour des raisons pratiques, il devait changer d’établissement scolaire, et il proposa à sa camarade de s’inscrire avec lui, ainsi ils seraient ensemble et pourraient s’entraider. Encore une fois, le garçon dut argumenter quelques temps pour convaincre la brune, et encore plus pour qu’elle accepte de l’accompagner dans le club de musique, mais il y parvint. Bientôt, les deux jeunes gens intègreraient la Neko Academy.


Loisirs :

Durant son temps libre, Gwen aime particulièrement écouter de la musique, mais ne chante que lorsqu’elle pense n’avoir aucun public. Il lui arrive même parfois d’écrire des morceaux de texte ou de partitions, mais rarement satisfaite d’elle-même, la plupart d’entre eux servent de repas à sa corbeille. En parlant de paperasse, la jeune fille lit pas mal de romans, mais en anglais uniquement, ayant encore pas mal de difficulté à se faire au japonais écrit.
Elle apprécie aussi beaucoup de sortir. Ayant voyagé pendant de longues années, elle a le goût des nouvelles découvertes, découvertes qu’elle immortalise avec plaisir avec son appareil photo. Elle ne rechigne pas sinon à pratiquer un peu de sport ou à sortir avec des amis, même si elle tente généralement d’esquiver lorsqu’il s’agit de karaoké, ou encore de sensations fortes.

Petite précision à part : Durant son tour du monde, Gwen a eu l’occasion d’apprendre pas mal de langues, ou tout au moins à les comprendre, l’expression restant souvent houleuse, et le japonais ne faisant pas exception, il lui arrive parfois d’avoir des constructions de phrases hésitantes ou bancales. La seule langue qu’elle parle à la perfection est l’anglais puisque c’est celle utilisée par ses parents pour communiquer.


Vous, derrière votre ordinateur


» Prénom ? fufufu
» Âge ? oh le beau n'avion
» Passions ? Léa ? (okay vanne de merde, je me pends)
»Tu aimes les cookies ? Les cookies sont nos amis~

» Comment avez vous connu le forum ? J'ai vu de la lumière, je suis rentrée~
» Avez vous lu le règlement ? Code validé par Kum-chan :3
Code par Hayashi Kaito


(OMG le pavé--" Désolée pour la longueur et le pseudo rp au milieu mais c'était important pour moi de situer ce passage ^^')

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♫ Miharu Kumiko
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
Kum'-chan la fonda' fan de Nyan-Cat !
avatar

Féminin Verseau Chien
Nombre de messages : 771
Age : 22
Autre Compte : Walker Allen, Rose Annabeth, Eiko Nezumi & Takamatsu Len
Classe/Profession : 1ère Année, Universitaire
Amour : 仁 ♥
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Equitation
Instrument & Sport favori: Violon & Equitation

MessageSujet: Re: Gwenaëlle débarque   Ven 6 Juil - 17:10

    ~ Yeah, j'ai tout lu o/ *roxx du poney* Bon bah tout est parfait, je pense qu'elle s'entendrait bien avec mon Allen x) Bon, j'arrête de tergiverser & je te valide - enfin, ce personnage pour le moment 8D. Bon jeu o/

____________________

KUM-CHAN ♥
{ Je n'ai pas de compte à rendre, juste de l'amour à revendre }


____━━____┓━╭━━━━╮
____━━____┗┓|::::::^━━^
____━━____━┗|:::::|。◕‿‿­­­­◕。|
____━━____━━╰O--O-O--O


Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-academy.forumactif.org
Gwenaëlle Suiteki

avatar

Cancer Chèvre
Nombre de messages : 11
Age : 26
Autre Compte : Ai Sherry Sewa, Ange Ushiromiya, Nadeshiko Mercedes
Classe/Profession : 3e Année Lycéenne
Amour : Fufufu~
Date d'inscription : 06/07/2012

Feuille de Personnage
Club : Musique
Option: Photographie
Instrument & Sport favori: Piano ~ Natation

MessageSujet: Re: Gwenaëlle débarque   Dim 8 Juil - 18:57

T'as surtout du courage, même moi j'ai pas toujours le courage de relire xD


ovui ovui un RP ensemble~ faudrait y songer ('fin, après les vacs hein j'pense xD quoique~)


Mifi tout plein :3 *va juste faire l'histoire de Mercy tant que j'ai les idées bien fraiches en tête et ensuite n'RP *^* *

____________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gwenaëlle débarque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gwenaëlle débarque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur une barque ... seul ... avec elle ...
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» se grav se meme tre grav (L'industrie de la peche agonise)
» Chizuru débarque [ LIBRE ]
» [Guide]La pêche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Neko Academy ♫ :: Zone Membre :: Présentations des Membres :: Présentations Validées-
Sauter vers: